Voyages à faire autour du Qatar

De Doha, il est très facile de voyager dans la région.
Parmi les destinations les plus courues :

  • Dubaï (2h de vol)
  • L’Oman (Doha-Muscat : 1h15 de vol)
  • La Jordanie (Doha-Amman : 2h30 de vol)
  • La Syrie (Doha-Damas : 3h de vol)
  • Le Yémen (Doha-Sanaa : 2h30 de vol)
  • L’Iran (Doha-Téhéran: 2h de vol)
  • Le Sri Lanka (Doha-Colombo : 5h de vol)
  • L’Inde (Doha-Trivandurum)

Il est aussi possible de se déplacer en voiture vers Barhein ou les Emirats en passant la frontière avec l’Arabie Saoudite.

 
 Emirats en voiture haut
CIRCUITDOHA-SALWA-ARABIE SAOUDITE-ABU DHABI-DUBAI-FUJAIRAH-RAS AL KHAIMAH-SHARJAH soit une boucle de 2000km. Les 7 Emirats tous proches du Qatar, sont faciles d’accès et proposent une multitude d’attraits touristiques : des projets fous de Dubaï aux fonds sous-marin du golfe d’Oman en passant par les dunes orangées à perte de vue de Liwa ou les montagnes escarpées du Musandam.

Il faut compter environ 7h porte à porte de Doha à Abu Dhabi avec les temps d’attente aux frontières.

ETAPES

FRONTIERES : QATAR-ARABIE SAOUDITE-EMIRATS ARABES UNIS

  • Transit visa pour l’Arabie saoudite, le consulat ne délivre pas de visa mais une liste d’agents habilités (l’ambassade se trouve à côté de l’ambassade de France).
  • Carte grise de la voiture.
  • Prendre assurance aux postes frontières.
  • Ne pas oublier le tchador pour la traversée de l’Arabie Saoudite
  • Il existe peu de stations service entre DOHA et ABU DHABI, faire le plein à Doha et s’arrêter dès que vous en voyez une. Halte possible pour un pique-nique dans la station service ADNOC avant ABU DHABI avec une grande salle climatisée.

ABU DHABI
+ d’infos : www.dubaicityguide.com/adb

DUBAI
+ d’infos :
www.dubaicityguide.com

Ski Dubaï : 22 500m2 de pistes couvertes (3 terrains de football) maintenus à -2°C.
Forfait de 2h, 140 Drhs. Equipement compris (apporter juste gants, bonnets et polaires).
Snow Park pour les enfants aux pieds des pistes avec igloo, pistes de luges,..
+ d’infos :
www.skidxb.com

Le Ski Dubaï se trouve dans le Emirates Mall avec de nombreuses enseignes internationales.

Plage public au pied de Burj Al-Arab : pour le point de vue sur l’emblématique tour en forme de voile.

Quartier des souks : ne pas manquer les galeries d’art Majlis Gallery et XVA.

Tour en abra sur le Khor Dubaï.

Madinat Jumeirah : Cité moyen-orientale, cette médina hôtelière, constituée de 2 hôtels 5 étoiles et de villas privatives propose un cadre idyllique, dédale de voies navigables s’ouvrant sur une plage.Y aller de préférence le soir pour flâner dans les galeries marchandes et dîner dans les nombreux restaurants. Réservation obligatoire.
+ d’infos :
www.madinatjumeirah.com

JUMEIRAH
Hôtel Sandy Beach : Complexe moitié motel, moitié bungalow sur le Golfe d’Oman .
La richesse de l’endroit réside dans la proximité avec la mer et l’existence de Snoopy Island, îlot rocheux à quelques centaines de mètres autour duquel on peut faire du snorkling et admirer des milliers de poissons multicolores ainsi que des requins, tortues, seiches.. Possibilité de plonger avec bouteilles mais honnêtement le snorkling suffit, idéal aussi pour les enfants. Apporter masques, tubas et palmes. Possibilité de location sur place.
Choisir option bungalow: Bungalow basique mais propre avec kitchenette, évier et frigo, barbecue à l’extérieur avec table mais pas de plaques. Pas de vaisselle. Un restaurant sur place et possibilité de dîner au Méridien à 1km de là.
+ d’infos :
www.sandybm.com

Autour de Sandy beach, possibilité d’aller en 4X4 dans les wadis alentours : wadi Khor Fakkan ou wadi Maddah. Sites magnifiques avec bassins naturels malheureusement salis par les détritus. Remonter un peu les wadis à pied pour trouver des lieux plus préservés.
+ d’infos : Acheter Guide Off road UAE. 3d edition.

Sur le chemin : Mosquée de Bidiyah (VIIème siècle) la plus ancienne mosquée des Emirats.

Retour par la stratégique (E18) et le Musandam, 3-4h de routes magnifiques dans des paysages montagneux et minéraux superbes. 4×4 obligatoires, pistes bien entretenues avec passages de cols.

Retour par la côte : RAS AL KHAIMAH-SHAJHA. Arrêt éventuel à SHARJAH pour le souk bleu ou Central Souq (décevant) et souk Deira (vieux souk avec antiquités).

Entre SHARJAH et ABU DHABI, prendre la E311 et éviter la E11, route de la côte et des centre-ville très embouteillée.

Boucle vers l’oasis de LIWA, au sud ABU DHABI, quelques heures de route pour admirer l’un des plus grands et des plus beaux déserts du monde et ses dunes orangées.

Article écrit par Claire Miquel et Anne-Cécile de La Martinière
Novembre 2006

abra dubai

eau sandy beach

snoopy island

musandan

liwa

 
 Le Sultanat d’Oman haut
 
Oman est une destination facile d’accès (à peu près une heure d’avion depuis Doha), très dépaysante,  peu connue au niveau touristique  mais néanmoins incontournable quand on habite Doha !
Les paysages sont très variés : des grandes plages de sable blanc ou criques rocheuses aux chaînes de montagne avec un point culminant à 3000 m en passant par le désert de sable orange et les torrents bordés de nature verdoyante descendant dans la mer (plus connus sous le nom de Wadis). Il est difficile d’imaginer un pays si différents des autres pays du Golfe tout en étant si proche !
Nous y avons passé une dizaine de jours au printemps 2007. Nous avons fait une boucle d’environ 900 kms : Muscat (5 jours)à Nizwa (1 jour) à Ibrah ( 1 jour) à Sur ( 2 jours) à Muscat ( 2 jours).  Le récit de notre voyage est donc loin d’être exhaustif, cela donne cependant un bon aperçu du pays !

Quelques informations pratiques :

Visa : s’obtient à l’aéroport. Se munir de liquide, il y a un guichet pour retirer dans le hall d’attente ;

Transport : nous avions choisi l’option de louer un 4×4 (minimum 33 OMR par jour soit environ 350 Qrs) car c’était pour nous la solution qui semblait la plus adaptée pour sillonner le pays et explorer les wadis et qui nous laissait le maximum de liberté. Il y a sinon la possibilité de prendre des taxis pour la journée pour partir faire des excursions au départ des hôtels de Muscat.

A ramener dans vos valises : le souk de Mutrah ( quartier de Muscat) est l’endroit idéal pour faire des emplettes « typiques ». On y retrouve beaucoup de choses présentes dans le souk de Doha mais pour certains articles nous avons trouvé que les prix étaient plus intéressants à Oman ( Paschmina notamment). Les souvenirs vraiment locaux sont surtout les bijoux en argent « Omanais », le petit chapeau pour homme que l’on trouve dans toutes les couleurs et l’encens.

Les points forts de notre séjour :

Muscat :

La capitale omanaise est « coincée » entre mer et montagne, c’est pour cela qu’elle s’étale sur plusieurs kilomètres de côte. Une route rapide permet de traverser la ville d’ouest en est en longeant la côte, elle va de l’aéroport jusqu’à l’hôtel Al Bustan.
Plusieurs quartiers composent la ville dont les plus intéressants à visiter sont :

  1. La vieille ville de Muscat ( Walled city of Muscat): une courte ballade (une à deux heures) vous permettra de découvrir à pied le palais du Sultan, les forts Mirani et Jalali, ainsi qu’un petit musée. La ville est un peu trop calme et d’une propreté presque « anormale » !
  2. Mutrah : le quartier typique et vivant de la capitale avec son port, sa Corniche (bien moins grande que celle de Doha mais plus animée) et surtout son Souk ! Une visite en fin de journée offre un dépaysement total, les vendeurs sont un peu plus accrocheurs qu’à Doha, cela peut surprendre. Il y a des bijoux et des objets de décoration sympas à ramener. Penser à lever la tête dans les rues à ciel ouvert, il y a de belles maisons anciennes à observer.
  3. Le quartier de Qurm est surtout intéressant pour sa belle et longue plage de sable blanc bordées de palmiers. Vous trouverez des barbecues tout le long de la plage pour un dîner ou un pique nique improvisé en bord de mer.
  4. Nous n’avons pas trop visité les quartiers les plus récents qui abritent malls et supermarchés. C’est dans le quartier de Al Gubrah que vous pourrez visiter la Grande Mosquée, offerte par le sultan aux omanais pour ses 30 ans de règne. Un minimum de tenue s’impose pour la visite (pas de short, débardeur…) et à vérifier mais il me semble aussi que la visite est interdite aux enfants en dessous d’un certain âge. Néanmoins, l’extérieur est déjà sympa à voir !
  5. Oman Dive Center : pour les amateurs de plongée, ce club qui propose aussi des logements en bungalows sur la plage, se situe à 15 min en voiture à l’est de Mutrah. Le centre s’est installé dans une crique splendide entre l’hôtel Al Bustan et l’hôtel Shangri-La. Agréable pour passer une journée ou quelques jours, restaurant sur place, il est interdit d’apporter son pique nique.

Renseignements au               +968 248 24240         +968 248 24240 ou par mail info@omandivecenter.com

Route Muscat / Nizwa :

La route entre Muscat et Nizwa (environ 2 heures) est très belle  et offre deux haltes intéressantes :

  1. Samail : ce village « Oasis » est une étape à mi chemin entre Muscat et Nizwa. Il faut quitter la voie rapide et prendre la vieille route de Nizwa pour aller jetter un œil à ce village étonnant, îlot de verdure dans la montagne. Les milliers de palmiers cachent la plus vieille mosquée d’Oman. Nous n’avons malheureusement pas réussi à nous frayer de chemin dans les arbres pour la trouver !
  2. Tanuf : Petit village entre Samail et Nizwa. Une petite halte intéressante pour découvrir l’ancien système d’irrigation de la ville. Pour cela, quitter la voie principale et « viser » le wadi qui se situe derrière le village. Quelques kms en voiture et vous découvrirez en surplomb du wadi (plus ou moins à sec lors de notre visite) une falaise percée par l’homme et dont les différents petits tunnels se dispersaient dans toute la ville pour alimenter d’abord les habitations en eau potable, puis les mosquées et enfin les plantations. Il est possible de pique niquer dans cet endroit et de continuer à remonter le wadi en voiture pour observer d’impressionnantes falaises.
  3. Côte entre Muscat et Sur ( réserves tortues, wadi Shab et Tiwi)

Un passage d’une demi journée à Nizwa nous a suffit à en faire le tour. La visite de la vieille ville est à faire plutôt le matin ou en fin de journée, aux heures d’ouvertures des souks. Une montée en haut de l’énorme tour ronde du fort permet d’observer les plantations de dattiers qui entourent la ville ainsi que le massif des Hajar Mountains.

Route Nizwa /Ibrah / Sur

La route est longue entre Nizwa et Sur, c’est pour cela que nous avions choisi de passer une nuit à Ibrah. La ville en elle-même présente peu d’intérêt si ce n’est pour faire quelques emplettes de nourriture au souk le matin. Il y a très peu de touristes. Ibrah se situe aux portes du désert des « Wahiba Sands », on trouve sur la route entre Ibrah et Al Kamil de nombreuses indications pour rejoindre des camps pour passer la nuit ou la journée.
La chaleur étant telle au moment de notre séjour que nous avons abandonné l’idée d’une virée dans le désert pour une excursion « rafraîchissante » dans le Wadi Bani Khalid.
Une route sinueuse mais magnifique d’environ 25 km permet de rejoindre cette vallée verte depuis la route principale. Après la traversée du village, la route se termine par un parking. Une petite ballade d’une demi heure et on rejoint d’abord une grande piscine naturelle « aménagée » (parasols, café…), c’est le rendez vous de tout le village l’après midi. Il suffit de continuer un peu plus la marche pour trouver des endroits bien plus calmes ou s’installer pour un plouf bien mérité dans une eau limpide et délicieuse au milieu des montagnes.

La ville de Sur est peu touristique. Sa corniche, son port riche en Dhow et ses rues animées le soir ont été les seuls points marquants de notre court passage. C’est par contre le point de départ pour des sites extraordinaires :

  1. Ras Al Hadd et Ras Al Jinz , à la pointe est du pays qui sont les points d’observation des pontes de tortues ( à voir toute l’année mais certains mois sont plus propices). Impossible de s’y rendre seul, les sites sont protégés. Des organismes proposent des sorties de nuit en groupe, il parait que c’est magique !
  2. A noter, le « Turtle Beach resort » sur la plage à Ras Al Hadd. Confort un peu précaire pour la nuit (logement en toute petites huttes barastis) mais petite plage superbe et restaurant sympa. Idéal pour passer une journée avant d’aller le soir observer les tortues.
  3. Sur la route côtière entre Sur et Muscat (en réfection lors de notre voyage mais tout à fait praticable en 4×4), deux wadis incontournables : Wadi Tiwi et Wadi Shab. Tous les deux sont très proches l’un de l’autre et parfaitement indiqués sur la route.

Wadi Tiwi s’explore à pied par un petit sentier parfois creusé dans la falaise. Les enfants du village moyennant quelques rials vous feront découvrir les piscines et meilleurs endroits pour plonger.
Wadi Shab est (malheureusement ?) longé par une piste car plusieurs villages se situent le long de la route. Les amateurs de 4×4 seront ravis de parcourir quelques kilomètres à la recherche du meilleur endroit pour faire une halte.

Après la visite de ces sites superbes, difficile de reprendre la route pour Muscat. La route est d’ailleurs assez longue. Une bonne partie de la route longe des plages désertes avec de grandes étendues de sable blanc et une eau turquoise, nombreux arrêts possibles. La fin du petit périple se termine plus dans les terres, la route est moins sympa, vous serez donc ravis d’arriver à Muscat !

Nous sommes revenus enchantés de ce voyage, la variété des paysages est tout autant surprenante que l’amabilité des omanais. Un séjour s’impose si vous habitez le Qatar et est vivement conseillé aussi même si vous habitez plus loin !

Article écrit par Aude Baudrit
Janvier 2008
Complément d’information sur la visite du site des tortues en Oman par Anne Sibadey :

Site de Raz-El Jais ,là ou l’on peut voir les tortues.
Hôtel qui offre la possibilité de dormir sur place et d’assister à 2 visites encadrées,maintenant obligatoires pour accéder aux tortues,une à 21 h et l’autre à 4 heures du matin.
Sincèrement c’est incontournable si on visite Oman.L’organisation ,les prestations et l’accueil sont parfaits.

+ d’info, cliquez sur les liens ci-dessous :

Oman, an Ideal Eco-tourism Destination

Ras al Jinz, Carrefour pour la vie

Jabel Shams adventure camp

 Iran haut
Géant chiite du Moyen-Orient, carrefour des civilisations, pays aux quatre religions officielles (islam, christianisme, judaïsme et zoroastrisme), cœur des deux grands empires perses, mère des républiques islamiques, deuxième réserve mondiale de gaz naturel, prochaine cible américaine de l’Axe du mal, quatrième producteur de brut, frontière de l’Asie centrale…
Bref pas question de rater une visite de ce pays fascinant !
Voici un bref journal de notre séjour passé lors de L’Eid du mois de janvier.

Premier Jour – Téhéran – Dizin : Notre avion Iran Air atterri après 2 H de vol en provenance de Dubaï. Première impression sur Téhéran : c’est pollué. Lorsque l’avion se rapproche de la piste la neige recouvrant les montagnes environnantes devient orangée !
Pour ce qui est de la douane, tout se passe très rapidement et sans accrocs. Un guide nous attend pour nous emmener visiter le musée des Tapis.
La ville est moderne et extrêmement étendue. Rien de bien joli et une circulation assez importante et chaotique. La voiture reine est la Paykan, inspirée de la Hunter anglo-saxonne, mais on voit aussi pas mal de Peugeot (évidemment des anciens modèles).
Fan de Tapis, on passe un moment très sympa à admirer de superbes tapis iraniens, souvent très grand et fins. Malheureusement pour nous, le premier étage est fermé à cause de l’Eid.

Vers 14 Heures, nous sommes en route pour la station de ski de Dizin. La route est belle avec des nombreux arbres recouverts d’une fraîche couche de neige. Tout au long de la route, on voit des jeunes pique-niquant (par des températures presque négatives !) ou se faisant des batailles de boules de neige.

Après 1H1/2 de route nous voici à la fameuse station de Dizin. Cette station fut construite au milieu des années 70 par des français à plus de 2800 m d’altitude. Malheureusement, suite à la Révolution de 1979, le ski fut interdit. Ce n’est qu’à la fin des années 80 que cet interdit disparut. Du coup, à Dizin, il n’y a qu’un hôtel relativement ancien. Ceci dit le temps est superbe et la neige semble être au rendez-vous. Nous profitons de cette fin d’après-midi pour aller louer des skis pour les deux jours à venir.
Et là, bonne surprise, il y a une dizaine de magasin qui offre un bon choix de ski et de chaussures pour un prix somme tout raisonnable (un peu plus de 10 $ par jour).
Deuxième jour – Dizin :Après une bonne nuit de sommeil, à nous la poudreuse iranienne ! Après avoir acheté des forfaits (6 $ la journée) nous allons pour prendre les œufs ; deux files d’attente une pour les femmes et une pour les hommes. En fait, on se rend vite compte que cette ségrégation ne s’applique que pour les queues ! Pas de problèmes donc pour être avec sa femme dans les télécabines et télésièges.Les remontées mécaniques sont assez anciennes mais à part un stop de 5-10 minutes sur un des télésièges, pas de problèmes !
La neige est excellente, la poudreuse très sèche et légère. Nous déjeunons dans un restaurant d’altitude assez sommaire mais qui a le mérite d’exister.

L’après-midi, le temps se dégradant, on arrête de skier vers 15H. Le reste de la journée est occupé par de la lecture auprès du feu en buvant du thé. Nous rencontrons quelques étrangers (Suédois, français et iraniens) qui viennent de passer trois jours de ski extra avec grand soleil et neige fraîche. A part le restaurant de l’hôtel, il n’y a strictement rien pour manger ou boire un verre (de jus d’orange bien sur).

Une tempête de neige fait rage toute la nuit et le froid s’infiltre sous les fenêtres malisolées. Bref, double couverture et isolation avec les serviettes de l’hôtel…

Troisième Jour –Dizin – Téhéran : La tempête de neige a coupé toutes les routes et aucune des remontées n’est ouverte. Bref à part bouquiner, rien à faire.
Après un périple que je ne décrirais pas ici (ski, 4X4, pick-up…) nous parvenons à rejoindre l’aéroport de Téhéran par nos propres moyens, attrapant notre vol pour Isfahan à 19 H45.
Nous trouvons notre chauffeur sans encombre en arrivant à l’aéroport et notre nouveau guide à l’hôtel Ali Qapu, un 4 étoiles très correct.

Quatrième Jour – Isfahan : Apres une bonne nuit de sommeil, nous sommes d’attaque pour aller visiter cette ville qui porte un nom qui nous fait déjà rêver.

Première étape, la mosquée du vendredi. Elle est gigantesque (476 voûtes individuelles) mais en même tant très sobre. Des fouilles entreprises en 1977 ont permis de retrouver les vestiges d’une première mosquée qui remonte au 8ème siècle. Depuis cette époque, les différentes constructions se mélangent et se superposent pour former cette remarquable grande mosquée dont la construction comme les décorations sont faites à partir de briques. Il y a aussi bien sûr de superbes mosaïques perses.
Nous continuons la visite de la ville par une visite du palais Chehel Sotun ou, palais aux quarante colonnes. Il doit son nom aux vingt colonnes en bois de la terrasse qui se reflètent dans le bassin du parc.
Au début, ce palais était un pavillon de fête et de réception pour Shah Abbas II. Il referme de superbes fresques représentant la vie à la cour et certaines batailles de l’époque séfévide.
Une fresque en particulier, a survécue à la révolution islamique grâce à la détermination des gardiens du palais qui s’opposèrent aux fondamentalistes chargés de la détruire : elle représente un homme embrassant le pied d’une danseuse dénudée.

Après un déjeuner et une courte sieste, nous partons visiter un autre lieu : la place Imam Khomeyni encore appelé par les habitants la place royale.
Ce grand espace de 500m sur 160m fut construit par Shah Abbas Le Grand. Elle rassemble 2 mosquées, un palais et l’entrée principale du grand bazar.
Ce qui nous a le plus marqué en arrivant sur cette place, a part sa taille, ont été les magnifiques coupoles de la mosquée de l’Imam et de la mosquée de Sheikh Lotfollah.
Nous commençons la visite de la mosquée de l’Imam, construite entre 1611 et 1629, elle est superbe. Ses ornements décoratifs en mosaïque bleue sont d’une telle finesse ! et son dôme qui nous rappelle les dessins des tapis d’Isfahan.
Nous allons ensuite visiter le palais Ali Qapu qui comporte 6 étages que l’on monte grâce à un petit escalier en colimaçon. Les salles sont vides et les restes des fresques sur les murs très abîmés. De la terrasse du palais, on imagine le Shah qui regardait les grands tournois de polo les poteaux de but en pierre sont encore dressés devantla mosquée de l’Imam et l’entrée du grand bazar.
La troisième visite est celle de la mosquée Sheikh Lotfollah qui, à l’origine, était réservée aux femmes. Un souterrain reliait la mosquée au palais d’Ali Qapu pour que les femmes du Shah puissent aller prier en toute discrétion. Aujourd’hui, c’est un lieu de culte mixte, plus petit que la mosquée de l’Imam mais où le travail des artisans a été tout aussi fin. Son dôme dans les beiges crème est magnifique.
C’est par cette visite que nous terminons cette journée bien remplie.
Cinquième Jour – Isfahan : Aujourd’hui est une journée ou nous avons prévu de visiter la ville par nos propres moyens. Nous commençons par nous rendre sur la place royale pour visiter son célèbre Bazar et nous perdre dans les méandres de ces ruelles couvertes d’une multitude de petites voûtes. Nous rentrons dans de petites cours superbes, jusqu’à un magnifique petit caravansérail en rénovation, bref ; un moment magique !
Apres un déjeuné dans un des restaurants du bazar, nous allons chez un marchand de tapis et passons des heures à choisir celui que nous allons acheter. Cette fois ce sera un tapis nomade teint au safran et au henné !
Pour finir la journée, nous nous rendons dans une des nombreuses maisons de thé d’Isfahan. Celle-ci se trouve à gauche de l’entrée du bazar, au premier étage. Il y a une terrasse très agréable où nous dégustons notre thé en regardant le coucher de soleil sur la place royale.
Là nous rencontrons un iranien qui parle merveilleusement français. Il nous emmène dans une autre maison de thé qui se trouve en sous sol dans le souk : elle est encore plus originale que la première et remplie d’une quantité incroyable de babioles. Mais pour celle-ci, je suis incapable de vous expliquer comment y aller car dans le bazar, je suis très vite perdue.
Nous passons cette nuit dans le mythique hôtel Abassi qui est un ancien caravansérail transformé en hôtel de luxe sous le dernier Shah. C’est magnifique. La décoration de certaines salles est superbe.

Sixième Jour – Isfahan :Nous commençons cette journée par la visite du quartier Djolfa, quartier Arménien et chrétien. Nous allons à la cathédrale Saint-Sauveur avec ses peintures d’inspiration européenne qui représente le martyr de saint Grégoire et du jugement dernier. Nous visitons aussi le petit musée sur la culture Arménienne installé dans l’enceinte de la cathédrale.
Nous nous rendons ensuite dans un pigeonnier qui a été très bien rénové mais ne présente que peu d’intérêt.
Nous allons ensuite visiter les minarets tremblant dans les faubourgs de la ville. Ils appartiennent à une petite mosquée mongole du 14ème siècle. Comme leur nom l’indique, ils ont la particularité d’osciller lorsqu’on les secoue de l’intérieur. Dès que l’un commence à bouger, son mouvement se transmet à son jumeau sans qu’il y ait vraiment d’explication à ce phénomène. Ensuite, le guide nous propose donc d’aller voir les ruines d’un autel de feu zoroastrien situé sur une colline, avant de nous rendre dans un temple récent pour rencontrer leur mage.
Pour finir la journée, nous allons visiter les célèbres ponts de la ville par où passaient, il n’y a pas si longtemps, les caravanes de la route de la soie. Notre guide qui ne semble pas si âgé se souvient en avoir vu lorsqu’il était jeune.
Sous un des ponts il y a une maison de thé très agréable. Nous en profitons pour faire une pause.
Notre dernière journée à Isfahan est terminée, nous devons nous rendre à l’aéroport. Cette fois direction Shiraz et les ruines de Persepolis.

Septième Jour – Persepolis – Shiraz : Persepolis se trouve à 120Km de Shiraz. Nous quittons donc notre hôtel tôt pour profiter d’une longue journée. C’est le site assez grand d’une ville construite par Darius I vers 518 av. J.C. et qui avait pour unique but de servir de cadre lors des fêtes du nouvel an. Il faut prendre le temps d’admirer en particulier des gravures qui se trouvent sur un escalier et qui ont été recouvertes pendant des siècles par du sable. Elles sont donc merveilleusement bien conservées. Aux alentours de Persepolis, nous avons aussi pu admirer des bas-reliefs et des tombeaux creusés dans la montagne.
Nous rentrons à Shiraz assez tôt pour visiter les mausolées de deux poètes Perses situés dans des jardins très agréables.
Nous passons la soirée dans un restaurant excellent où un chanteur local (très chouette) anime le décor. Le cadre très moderne de l’endroit fait penser à certains endroit fashion de Paris…

Pratique :
Voyage :
De Doha il y a des vols Doha-Shiraz-Doha (800 QR) uniquement le vendredi sur Iran air. Par contre, il y a des vols via Dubaï pour Téhéran.
Qatar Airways a aussi des vols directs pour Téhéran mais plus chers.
Les vols intérieurs furent organisés par l’agence de voyage et sont très peu chers (de l’ordre de 15$).
Nous sommes passés par une agence de voyage iranienne basée à Shiraz
(www.gashttours.com). Elle facilite l’obtention des visas (10-15 jours) et est utile pour la réservation / confirmation des vols intérieurs.

Conseils pour les femmes :
La république Islamique d’Iran est comme son nom l’indique musulmane, il faut en permanence avoir les cheveux couverts d’un foulard (pas obligatoirement noir, il peut être coloré) lorsqu’on est en public. Cependant, pour faire du ski, il est tout à fait possible de n’avoir qu’un bonnet.
A part dans les files d’attente de la station de ski, nous n’avons jamais eu aucun problème en nous promenant ensemble
Pour plus de confort je vous recommande de partir avec une longue chemise/tunique qui vous permettra d’enlever votre manteau dans les restaurants et autres lieux publics (aéroport, avion, maison de thé, etc.) qui peuvent être surchauffés.

Article écrit par Ivaloo et Jean-François CAM – Mars 2005

 
 Jordanie   haut
jordanie jerash

jordanie petra

La Jordanie est proche de Doha (2h30 d’avion), facile d’accès, agréable à visiter, le pays possède de nombreux sites archéologiques de grande valeurAMMAN :Capitale du Royaume de Jordanie et cité moderne, Amman offre de nombreuses fouilles archéologiques révélant de nombreux trésors de la période néolithique, romaine et islamique. La citadelle comprenant notamment le temple d’Hercule, une église Byzantine, tandis qu’un théâtre romain de 6 000 places est encore utilisé de nos jours pour des événements culturels. Trois musées offrent une vision historique, archéologique, folklorique et populaire du pays. Ne loupez pas la couleur de la ville au coucher de soleil.

JERASH :Après Petra, destination favorite des touristes. Ancienne ville romaine de 6 500 ans, mise à jour il y a 70 ans. Exemple raffiné de l’urbanisme romain : routes pavées, colonnades, bains, théâtres, fontaines, mosaïques, temples…. Un mélange de la culture greco-romaine du bassin méditerranéen et des traditions anciennes de l’Orient. Incontournable !!!!!

MADABA – MONT NEBO :Au sud d’Amman, la route des Rois, tracée il y a 5 000 ans, mène notamment à la Cité des mosaïques de l’époque byzantine connue pour sa fameuse carte de Jérusalem et de la terre sainte datant du VIème siècle décrivant montagnes et vallées, les villages et les villes jusqu’au delta du Nil.
Surmontée par le Mont Nebo et son Eglise de la Vierge et des Apôtres (mosaïques). Musée archéologique riche en mosaïques du Vème et VIIème siècles.

PETRA :Après avoir longé la Mer Morte et visité châteaux et citadelles de la route des Rois, le site de Petra découvre ses mystères.
L’agence que vous aurez choisie vous proposera un tour guidé. De Par mon expérience personnelle il est préférable d’acheter soi-même ses billets et de choisir son guide. (En effet, Petra peut se révéler un « attrape touristes ».)
Il est recommandé de se munir ou d’acheter un guide sur la Jordanie avant votre voyage. Le guide Bleu est très bien détaillé et complet.

Article écrit par Catherine Poinsot – Janvier 2005

 
 
 Syrie   haut

Voyage extraordinaire de par la beauté et l’intensité des paysages que par l’intérêt des visites, attention ici pas de farniente plage !!!Il ne faut pas oublier le visa (3 bonnes semaines avant le départ)

Visites incontournables : Alep, Damas, krack des chevaliers, Palmyre
l faut au moins 8 jours pour ces visites en triangle :
Damas (prevoir deux jours au moins pour le musée archeo, la mosquée des Omeyyades, les plais, la via recta et les extraordinaires souqs
Damas Alep : une bonne journée de route avec un stop à Maaloula (village où l’on parle encore la langue du Christ, l’araméen), au krack fabuleux chateau croisé, et un à Hama pour voir les norias (Immenses roues de moulin à eau)
Alep : deux bonnes journées pour St Simeon et les villes mortes du nord, les souqs, la citadelle et le musée
Alep-palmyre : une bonne journée avec un stop dans la cité caravanière desertique de Sergiopolis
Palmyre : une bonne journée et demi avec au moins un coucher de soleil sur la fabuleuse cité romaine du désert
Palmyre- Damas : 3 heures de route

On peut partir 15 jours, voire plus et aller jusqu’à Mari (fondamental pour les archéologues et.pour les mateurs de guerre d’irak c’est à la frontière), sur les bords de la Meditrerranée sur le site antique d’Ougarit ou dans le port moderne de Lattaquie, au sud à Bosra pour voir le magnifique théatre, ou encore au chateau de Saône, perdu au fin fond d’une très belle route et puis il faut pouvoir s’accorder du temps à Damas et Alep, admirer la vallée de l’Oronte…

Se loger : en Syrie , il faut éviter les grandes chaines (grands hotels internationaux type Cham) souvent mal entretenus et leur préférer les Beit (maisons ou Palais) plus intimes et parfois splendides sauf à Palmyre
idem pour les restaurants avec quelques incontournables : beit Sissi à Alep dans le quartier français, Al Jabri dans le souq de Damas. la nourriture syrienne est extraordinaire et bon marché, tout comme l’artisanat (verreries, orfevrerie, soiries et damassages, savons d’Alep, pistaches…)

Autant que faire se peut, il faut essayer de prendre une voiture avec chauffeur car les sites ne sont pas toujours évidents à trouver et les routes sont mauvaises : ne jamais extrapoler un horaire à partir d’une distance !!!!!

Article écrit par Fabienne Manele-Figuereo – Novembre 2009

 
 Maldives haut
Bleu, comme les bleus du ciel et de la mer avec ses lagons turquoise, ses eaux cristallines. Des plages immaculées d’un blanc éblouissant. Une végétation luxuriante et fleurie. Des poissons de toutes les couleurs. Un rêve de carte postale à 4h de Doha (vol direct Qatarairways), sans voiture ni pollution, un voyage facile à organiser depuis le Qatar : les Maldives.Pays composé de 1200 îles regroupées en 19 atolls, il est situé au sud du Sri Lanka dans l’Océan indien. Avant le développement du tourisme, les seules ressources de l’archipel provenaient de la mer (pêche et commerce)…La douceur du climat, la beauté des paysages, des lagons, des fonds sous-marins avec une flore et une faune incomparables ont attiré les touristes depuis les années 1980.
De grands hôtels réservés aux étrangers ont été bâtis sur des îles, dont ils sont souvent la seule construction – les habitants du pays vivant à part. Le gouvernement n’autorise la construction des hôtels que sur les îles désertes (il y en a encore environ un millier).
Le relèvement des eaux consécutif au réchauffement climatique constitue une menace particulièrement lourde pour ce petit pays dont le point culminant est à moins de dix mètres d’altitude.

A votre arrivée à Malé, vous êtes pris en charge par le personnel de votre hôtel qui vous emmène en bateau (ou en hydravion si votre hôtel est trop éloigné de l’aéroport) jusqu’à votre lieu de villégiature.
Les hôtels sont beaux et luxueux: bois exotiques, lignes épurées, personnel attentif. Chaque complexe propose des chambres dans des bungalows sur pilotis ou donnant sur la plage, un grand choix de restaurants, un spa, des installations sportives (tennis, piscine, salle de sport, planches à voile, bateaux à voile, club de plongée, bateaux  pour sorties en mer). Les hôtels organisent également des activités en mer – c’est d’ailleurs le seul moyen de quitter votre resort ! – : snorkeling, excursions pour voir des dauphins ou pour découvrir d’autres îles, pêche, visite de la capitale….

Luxe, calme et volupté
, les Maldives sont une destination idéale pour ceux qui ont besoin de repos, c’est également un paradis pour les plongeurs sous-marins mais aussi pour les enfants qui apprécient toujours les joies de la plage et l’observation de la faune (dauphins, requins, raies, poissons multicolores).

Article écrit par Joëlle Borgida – novembre 2006

 
 
 
 Sri Lanka   haut
sri langa sirygia

sri lanka temple

Ceylan, perle de l’orient est à peine à 5 heures d’avion de Doha (vol direct Qatar airways).
L’agence Space Travel (sur Salwa Road, en face de Ma Maison) nous avait concocté un petit circuit de 6 jours. Un chauffeur guide nous attendait à l’aéroport et nous a accompagnés tout au long de notre séjour.
Dès notre arrivée, au petit matin, nous avons embarqué dans notre minibus et avons quitté Colombo pour l’intérieur des terres. Nous sommes très vite entrés dans le vif du sujet car, après 2 heures de conduite « sportive » sur des routes étroites encombrées de tuktuks, camions, voitures, motos et piétons nous sommes arrivés à Pinnewalla pour assister au bain de plus d’une soixantaine d’éléphants dans une rivière. Nous avons petit déjeuné sur une terrasse surplombant la scène qui enchantait petits et grands.

Nous avons poursuivi notre périple vers le palais de Sigiriya. Nous avons traversé les jardins avant de gravir les volées de marches menant à la citadelle suspendue à 180 mètres au-dessus de la plaine. La vue est splendide ; l’ascension permet aussi de découvrir les « Demoiselles de Sigiriya », 21 rescapées d’une longue galerie peinte qui drapait autrefois le rocher.
Notre hôtel est situé au milieu de la jungle, les chambres sont dans des petits bungalows et nous partageons les jardins avec des singes très hardis !

Le lendemain, nous avions à notre programme la visite du temple rupestre bouddhiste de Dambulla ainsi que celle d’un jardin d’épices (poivre, cardamone, vanille, cannelle, muscade…) ; arrivés dans la ville de Kandy et après un peu de shopping (batiks, pierres) nous avons assisté à un spectacle de danse très rythmé qui a captivé les enfants.

Le 3ème jour, après la visite du temple de Kandy qui conserve la relique de la dent de Bouddha et une promenade dans un jardin botanique (où nous avons pu, entre autres, admirer des centaines d’orchidées), nous avons quitté la ville en direction des montagnes et des plantations de thé. A 2000 mètres d’altitude et avec des champs de thé à perte de vue, nous avons rejoint notre hôtel dans la brume ; l’hôtel « the Tea Factory » est une ancienne usine à thé, héritage des britanniques, qui a été transformée depuis en hôtel.

Nous avons visité le lendemain une plantation de thé et profité des paysages (cascades, cueillette des feuilles de thé) avant de redescendre vers la plaine.

Nous avons passé le 5ème jour au sud de Colombo dans une station balnéaire : plages paradisiaques, coquillages et crustacés…
Nous avons consacré notre dernier jour à la visite express de Combo avant de réembarquer en direction de Doha !

Ce voyage que nous aurions volontiers prolongé nous a émerveillés : flore luxuriante, faune exotique, population accueillante ; notre guide nous a largement facilité notre séjour et a pu nous donner une bonne appréhension du pays.

Article écrit par Joëlle Borgida – Décembre 2005

Guide francophone : ivan_desilva@yahoo.com

 

 Le Musandam haut
Le Musandam est la région la plus au nord de l’Oman. Cette pointe qui avance vers l’Iran (détroit d’Hormuz), lieu de passage stratégique, est séparée du reste du pays par l’émirat de Fujairah.Vous pouvez vous rendre au Musandam en avion à Dubaï ou Sharjah puis louer une voiture. On peut aussi depuis Muscat prendre un vol intérieur jusque Khassab, la capitale. Il y a pour l’instant peu de choix d’hôtels : le Golden Tulip, le Khassab-Hotel et un hôtel-appartements.

La vraie découverte du Musandam se fait par mer et à travers ses montagnes. Depuis Khassab, des excursions en dhow sont proposées jusqu’aux eaux calmes de fjords où on peut contempler des dauphins et accéder à des villages installés aux pieds de falaises. Les amateurs de plongée seront comblés par l’eau turquoise qui abrite des poissons clown, des éponges rouges et jaunes, des anémones accrochées aux récifs, des oursins, des raies…

Très peu de routes traversent le Musandam. Un guide vous emmène en 4/4 découvrir les montagnes autour de Khassab. Le paysage est minéral et grandiose. L’ascension se fait par une piste qui monte jusque 2000 mètres d’altitude et qui traverse des petits hameaux. Ce pays est décidemment un paradis pour les géologues qui retrouveront incrustés dans des roches du Crétacé et du Miocène des plantes, des coquillages ; les néophytes auront envie d’en savoir plus sur l’histoire de la terre et ses transformations.

C’est un endroit très dépaysant pour passer quelques jours de vacances depuis le Qatar. On y accède rapidement et le Musandam ne nécessite pas de disposer de beaucoup de jours de vacances pour en profiter. La vie y est relativement chère car l’infrastructure touristique n’y est pas très développée et l’agence Khassab-Tours en situation de quasi monopole profite abusivement de la situation. N’hésitez pas à faire jouer le peu de concurrence qu’il y ait.

Article écrit par Joelle Borgida – Juin 2006

 
 Yémen haut
A seulement deux heures et demi, le Yémen offre un contraste saisissant avec le Qatar.
Pétri d’une histoire millénaire, il possède une architecture unique et ses paysages lui ont valu la réputation d’ « Arabie Heureuse ». Bien qu’il faille, pour des raisons de sécurité, demeurer prudent dans ses déplacements, il est aujourd’hui possible de découvrir ce territoire d’une grande beauté dont ses habitants ont conservé la tradition d’hospitalité. Grand comme la France, le Yémen offre de multiples possibilités mais quelques jours suffisent comme pour les fêtes d’Eid pour avoir un premier aperçu du pays via Sanaa et ses alentours :
Sanaa

La vieille ville est de toute beauté : de nombreuses maisons ont 400 ans d’âge. Elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1984.La médina est la mieux préservée du monde arabe. L’architecture, ses frises, les ornements des fenêtres, les minarets qui se dressent au-dessus du dédale des petites rues, constitue le véritable joyau de Sanaa. Le marché central, Souk al Milh, regroupe une quarantaine de petits souks.

Circuit autour de Sanaa

Shibam-Kawkaban
Ville perchée exceptionnelle.
S’arrêter au majraf du Hameda Hôtel ans restaurant (tel : 07 450 480) à Shibam.
Le majraf est le « salon » au dernier étage de leur maison dans lequel les yéménites s’adonnent au qât, plante narcotique qui jouit d’un statut officiel au Yémen. Sa consommation est tout un art qui consiste à former une boule parfois aussi grosse qu’une balle de tennis entre la mâchoire et la joue.
Wadi Dhahar et Dar Al Hajar : le palais sur le roc
Excursion facile de Sanaa à seulement 15km, palais construit dans les années 30 pour l’imam Yayha et perché sur un rocher. Visite intérieure intéressante.
Thula
Village de Thula avec ses 25 mosquées et les maisons juives.
Manakha et djebel Haraz
Possibilité de faire des marches sur les montagnes Haraz qui culminent à 3 500m. Paysages magnifiques avec points de vue à couper le souffle sur les terrasses aménagées pour les cultures.
Al Hajjarah
Sur le chemin de Manakha, bon exemple de village fortifié dont les yéménites ont le secret. Ils ont effectivement la fâcheuse habitude d’utiliser des sites naturels impossibles d’accès pour édifier leurs villes et villages.

Ceci est un bref aperçu des étapes principales mais chaque village traversé le long de la route est un coup de cœur !

A savoir avant de partir :
Compte-tenu de la situation du pays, il est quasi-obligatoire de passer par une agence pour avoir un 4X4 avec chauffeur.
Agence avec une française Josette installée depuis 17 ans au Yémen:
www.acaciatours.com
Les conditions d’hébergement sont souvent spartiates, l’eau chaude n’est pas une denrée courante.
A Sanaa pour l’hébergement, privilégiez l’emplacement : idéal pour avoir un aperçu de l’intérieur d’une maison traditionnelle.
Exemple d’hôtels à Sanaa :
Hôtel Dawood 
Taj Tahla
+ chic : Burj Al Salam (bien aussi pour déjeuner)

Le Yémen est un pays musulman récemment ouvert au tourisme. Une tenue longue et ample est préférable, pour les hommes le short est aussi déconseillé. Différence de température importante entre la journée et le soir (Sanaa est à 2 200m d’altitude)
Nourriture simple et bonne, vous pouvez tester le restaurant local Al Shaibani (à base de poissons) avec en dessert bananes au fameux miel yéménite très réputé.

Dossier réalisé par Anne-cécile de La Martinière

sanaa

 
 Les agences de voyage haut
Voici quelques agences de voyage:Ali Bin Ali Travel Bureau
444 11 61

Cleopatra Travels
443 93 33

Darwish Travel Bureau
441 86 66

Qatar Travels
442 80 01

Qatar Tours
441 77 82

Regency Travel & Tourism
441 34 44

Tourist Travel Bureau
444 74 99

Space Travel
422 73 33
mail :
spacetravel@mannai.com.qa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :